La foule à flots bouillans se roulait dans l’enceinte, — 1836 (3)

Hippolyte Barbier Elévations poétiques

Barnave, sonnet

La foule à flots bouillans se roulait dans l’enceinte,
Et les rois en étaient à leur dernier lambeau,
Pour enfanter l’enfer dont elle était enceinte,
La patrie en travail gisait sous Mirabeau!

Barnave se leva, colombe chaste et sainte
Pour poser son pied pur où resta le corbeau,
Muse au sourire aimant, Vierge à la douce étreinte,
Ange des bons espoirs qui console un tombeau.

Ce front blanc comme un lys, et de ces boucles blondes
Les anneaux  déroulés comme les plis des ondes,
D’une énivrante voix la molle majesté;

Ce coeur encor en lui plus grand que le génie …
 » C’est bien, dit Mirabeau, grimaçant d’ironie,
Mais il y manque encor de la divinité! »

Q8 – T15  – inhabituel éloge d’un célèbre girondin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *