Quand vous me reprochiez mon amère tristesse, — 1837 (4)

Auguste Cavé Mélancolies poétiques

A André Van Hasselt

Quand vous me reprochiez mon amère tristesse,
Quand mon cœur était plein et débordait sans cesse,
Que mon pâle regard se levait vers les cieux,
Emu, vous me disiez : – Fûtes-vous malheureux ?

Pourquoi de votre toit exiler l’allégresse ?
Pourquoi d’un mot d’espoir ne pas goûter l’ivresse ?
Pourquoi, tout jeune encor, êtes-vous déjà vieux,
Le front sombre et couvert comme un temps pluvieux ? –

Oh ! c’est qu’alors, ami, dans mon âme inquiète,
Je pensais à la vie, à la mort du poète,
Et j’étais froid de crainte et d’effroi tout à tour :

Car, il a beau chanter, l’ange de l’harmonie !
Sa gloire, bien souvent, s’envole avec sa vie,
Et son nom se ternit comme une étoile au jour !!

Q1  T15

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *