En dépit de Boileau je suis un romantique — 1841 (1)

N(icolas) Martin. – Ariel. Sonnets et chansons, suivis d’une traduction de Pierre Schlémihl –


Le Sonnet défini par lui-même

En dépit de Boileau je suis un romantique
Epris de fantaisie et de charmants échos,
Et de nouveaux amours, et de rêves nouveaux,
Vrai Sylphe de l’esprit, Ariel poétique.

Ivre de doux parfums et de douce musique,
Par l’Italie en fleurs un soir je suis éclos,
Tandis qu’un rossignol chantait sur les rameaux.
– Est-ce ainsi qu’eût pu naître un poème classique?

J’aspirais, j’écoutais, quand Pétrarque me prit:
Et l’air du rossignol je le redis pour Laure;
Pour maints coeurs amoureux je le redis encore.
– Mais je suis vieux, dit-on – Imposteur qui le dit!
Ephémère immortel, je renais chaque aurore,
Ou plutôt je m’endors quand l’oiseau s’assoupit.

Q15 – T28 – s sur s – 4+4+6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *