Quand j’étais faible enfançon, l’objet des soins de ma mère, — 1841 (2)

Paul AckermannChants d’amour. suivis de poésies diverses –

Souvenir

Quand j’étais faible enfançon, l’objet des soins de ma mère,
Et que, joyeux, j’ignorais l’ennui, les sombres fureurs
Et les désirs insensés, qui sourdent au fond des coeurs,
Je riais des passions et de l’amoureux mystère:

Mais bientôt, pour agiter mon existence légère,
La jeune fille aux yeux noirs, sur une route de fleurs,
Sut ma jeune âme enflammer par l’espoir de ses faveurs,
Puis le ciel me la reprit, me laissant seul sur la terre.

Doux amour de mon enfance, ombrage de mon chemin,
De vos flots voluptueux vous inondâtes mon sein,
Et je les vis s’écouler comme une vague rapide.

Ainsi, quand sur l’horizon brille une flamme rapide
L’orage éclate et bondit, trouble la source au front pur,
Et de noirs habits de deuil se vêt la plaine d’azur

Q15 – T13 – 14s

Paul Ackermann, qui se dit ‘professeur de langue française à Berlin », réinvente le sonnet en vers de quatorze syllabes. (Il y en a un chez Pierre Poupo, dans sa Muse Chrétienne de 1590) (après lui Verlaine, et d’autres, jusqu’à Réda)

(a.ch) ce type de vers est signalé par Richelet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *