Je vais quitter Paris, ville de ma douleur, — 1841 (3)

Paul Ackermann Chants d’amour

sonnet

Je vais quitter Paris, ville de ma douleur,
Où l’amitié, l’amour, ont épuisé mes pleurs:
Mon esprit accablé sur soi-même retombe.

Emma, Louis, doux noms qu’enferme cette tombe,
En vous voyant tracés, mon coeur saigne et succombe;
Vous étiez mon repos, ma joie et mon bonheur.

Souffrir, voilà la vie! Et l’ardeur de l’étude
Ne calme pas le coeur. Ah! c’est chose bien rude

De repousser la mort! car il est dans les Cieux
Un amour infini, plus que tout précieux.

aab bbc dd ee – disp: 3+3+2+2 – 10v

un essai de ‘sonnet court’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *