Eve perdit l’aïeul de la grande famille, — 1857 (3)

Charles de Nugent Souvenirs d’un voyageur

La femme
sonnet à Amédée de Bejarry

Eve perdit l’aïeul de la grande famille,
Et pour nous perdre encor, d’Eve on voit chaque fille
Qui se fait courtiser, qui sourit, qui babille,
Qui s’habille et se déshabille.

Que de charmes elle a du front à la cheville!
Mais de tant de beautés la perfide qui brille,
Dans la main qui la tient glisse comme une anguille,
Et ne craint ni verrou ni grille.

Le jaloux dont le coeur de noirs tourments fourmille
Loûtrerait(?) vainement au fond d’une bastille
La coquette dont l’oeil pétille.

Que de bure ou de soie elle ait une mantille,
Toute femme sait coudre, et de fil en aiguille
Est sujette à la peccadille.

aaaa aaaa aaa aaa – 2m (octo: v.4, v.8, v.11, v.14)  – sonnet, on le voit, monorime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *