On lit sur un poteau planté près de l’octroi: — 1866 (5)

Louis Goujon Sonnets. Inspirations de voyage

La mendicité est interdite
(aux réalistes)

On lit sur un poteau planté près de l’octroi:
« Défense à l’indigent de demander l’aumône »
Hier, je vis passer un spectre à face jaune,
Hideux comme la faim, morne comme l’effroi.

De son feutre crasseux qui fut, jadis, en cône,
S’échappaient par vingt trous ses cheveux droits et longs;
Son cou se hérissait d’une barbe de faune,
Ses souliers crépitants craquaient sous ses talons.

De morceaux différents de couleur et de taille
Sa culotte laissait, par une large entaille,
Saillir sa maigre cuisse et son ventre poilu.

En sautoir, sur l’épaule, un haut de cordon rose
Serrait tous ces haillons à son torse râblu …
Que la philanthropie est une belle chose!
Fougères, 10 novembre 1856

Q47 – T14 Quatrains de forme rare, sur trois rimes: abba  ba’ba’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *