Despréaux, on te blâme, ô fier législateur, — 1870 (1)

Louis de VeyrièresMonographie du sonnet , tome II – Quatre-vingt sonnets –

Le Sonnet-phénix

Despréaux, on te blâme, ô fier législateur,
Depuis le grand lettré jusqu’au petit bohême!
Un sonnet sans défaut vaut seul un long poème
Tu dis, et de ton vers je me fais l’éditeur!

Je rêvais mieux, hélas! mais quel barde enchanteur
Prendra dans ton blason le poétique emblême,
Et sera, résolvant mon pénible problème,
D’un parfait idéal l’heureux imitateur?

Car le sonnet-phénix coule plein d’harmonie;
Sa rime est ciselée; un éclair de génie
En trace le sujet à la fois doux et beau,

Pour charmer tour à tour, par des splendeurs pareilles,
– Eussè-je un pied déjà sur le bord du tombeau
Mon esprit et mon coeur, mes yeux et mes oreilles!

Q15 – T14 – banv – s sur s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *