Il fait nuit. Pas de lune. Au fond d’un vallon noir — 1874 (14)

Ernest d’Hervilly – Etrennes du Parnasse pour l’année 1874

Aurore nocturne

Il fait nuit. Pas de lune. Au fond d’un vallon noir
Brillent tranquillement, étoiles de la terre,
Les feux clairs des maisons. – Toi qui passes le soir
Au flanc de la colline, étranger solitaire,

Toi dont le pas s’éteint sans bruit sur le gazon,
Comme le pas d’un Elfe à l’oeil plein de malice,
Vois-tu cette lueur immense à l’horizon?
C’est l’Aube du Viveur! C’est l’Aurore du Vice!

Paris est là! – Paris, l’ogre énorme qui veut
Toujours boire, toujours manger, aimer sans trève
Et qui, pour s’éclairer, lorsque le jour s’achève

S’est fait avec la houille un astre sans saveur!
Or, là-bas, sur la ville, à l’heure où nait le rêve,
Ce n’est pas le soleil, c’est le Gaz qui se lève!

Q59 – T29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *