C’est toi, mon doux trésor, c’est toi, ma bien-aimée, — 1875 (11)

Ernest Périgaud Exaltations

Toi

C’est toi, mon doux trésor, c’est toi, ma bien-aimée,
Plus fraîche qu’un matin, plus belle qu’un beau jour,
Toi le ravissement de mon âme charmée,
Toi mon souci constant et mon plus cher espoir.

Ta taille est svaelte à rendre envieuse une almée,
Ta joue est une fleur, ta lèvre parfumée
Semble un vivant corail, et ton œil, pur miroir,
Brille comme un éclair de feu dans le ciel noir.

Loin de toi c’est la nuit sombre, l’âme oppressée,
Le doute affreux, l’angoisse et la morne pensée ;
C’est le foyer en deuil où plane la douleur.

Tu parais, ô splendeur ! tu souris, ô merveille !
En mon cœur réjoui tout chante et tout s’éveille.
Voici le jour, voici la joie et le bonheur !

Q7  T15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *