L’oeil était dans le vase. Un caprice d’artiste — 1887 (7)

Le Chat Noir,

Armand Masson

L’oeil

L’oeil était dans le vase. Un caprice d’artiste
L’avait agrémenté d’un sourcil violet
Et sa prunelle peinte en rouge vif semblait
Vous regarder d’un air ineffablement triste.

C’est à la Foire au Pain d’épice qu’un beau soir
Nous gagnâmes ce vase au tourniquet. Fifine
Affirma qu’il était en porcelaine fine,
Et voulut l’étrenner tout de suite, pour voir.

Mais il était si neuf, le soir, à la lumière,
Qu’elle n’osa ternir sa pureté première,
Et le remit en place avec recueillement.

Elle fut très longtemps à s’y faire. C’est bête:
Cet oeil qui la fixait inexorablement
Semblait l’intimider de son regard honnête.

Q63 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *