C’était un tout petit haricot de Soissons, — 1888 (26)

Le Chat Noir

Armand Masson

Revanche posthume

C’était un tout petit haricot de Soissons,
Le dernier-né chétif d’une cosse féconde;
Tous ses frères avaient fait du bruit dans le monde;
Lui, n’avait su mêler sa voix à leurs chansons.

On l’avait rejeté parmi les épluchures
Mais ses cotylédons cachaient un coeur vaillant.
Du nain qu’on dédaignait, un germe verdoyant
Surgit un jour, espoir des musiques futures.

La Nature bénit ses éveils printaniers.
Il eut des fils et des petits-fils, par milliers,
Qui nous ont conservé son âme et son génie,

Et dont la voix, fidèle au rire Eolien,
Jette encore aux échos les trésors d’harmonie
Qui dormaient dans le coeur du vieux musicien.

Q63 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *