Mon vieux coeur, tu n’es qu’un déplorable viscère. — 1893 (6)

Romain Coolus in Revue Blanche

En Amour, régime de sonnets

I
Le fol amant est en très mauvais termes avec son hélice de coeur

Mon vieux coeur, tu n’es qu’un déplorable  viscère.
Peut-être aurais-tu droit à ma reconnaissance
Si tu bornais à des sursauts de jouissance
Ton mécanique émoi de soufflet nécessaire!

Tu te devrais m’être un bureau de bienfaisance
Et conviendrais, si tu voulais être sincère,
Que dans la capacité stricte de ton aire,
Tu pourrais être une entreprise de plaisance.

Mais non; ton cartilage est plus ambitieux,
Prétend aimer, joue au monsieur séditieux
Me veut geignant, plaintif et superstitieux

Tord ses fibres, les noue en cordons de souffrance,
Sonne le deuil, sonne le spleen, sonne la transe
Et me ligote au sentimentalisme rance.

Q16 – T5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *