incise 1893

—————————————————————————————————————-

Clair Tisseur Modestes observations sur l’art de versifier – «  Un bon sonnet, écrivait Chénier, n’a jamais eu un grand charme pour moi : c’est un genre de poésie que je n’aime point, même dans Pétrarque, et je ne sais pourquoi Despréaux l’enrichit d’une beauté suprême » … Comme à Chénier, le sonnet ne me semble pas en soi une de ces combinaisons poétiques enportant d’emblée l’enthousiasme. Le retour réitéré des rimes, si agréable lorsqu’il couronne un morceau, se produit ici tout au début, pour ne se plus retrouver. On aime en général à voir dans une pièce une distribution alternée … Ici, les deux quatrains se touchent et les deux tercets. Je ne sais pourquoi je suis tenté de disposer la pièce symétriquement : un quatrain, un tercet, un quatrain, un tercet. Et de fait, je me demande comment personne ne l’a tenté.

———————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *