Ami, pourquoi nous dire, avec tant de mystère — 1897 (10)

Louis AigoinNotice sur Félix Arvers et variations sur les rimes de son sonnet.

Réponse de la femme ‘au devoir fidèle

Ami, pourquoi nous dire, avec tant de mystère
Que l’amour éternel en votre âme conçu
Est un mal sans espoir, un secret qu’il faut taire,
Et comment supposer qu’Elle n’en ait rien su?

Non, vous ne pouviez point passer inaperçu,
Et vous n’auriez pas dû vous croire solitaire
Parfois les plus aimés font leur temps sur la terre
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.

Pourtant Dieu mit en nous un coeur sensible et tendre.
Toutes, dans le chemin, nous trouvons doux d’entendre
Le murmure d’amour élévé sur nos pas.

Celle qui veut rester à son devoir fidèle
S’est émue en lisant vos vers tout rempli d’elle:
Elle avait bien compris …. et ne le disait pas.

Q10 – T15 – arv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *