Musiques ombreuses vertes— 1899 (6)

Léopold DauphinCouleur du temps

Pour Stéphane Mallarmé
1 – septembre 1898

Musiques ombreuses vertes
Pour imiter les fontaines
Que tes flutes si lointaines
Par leurs trous au soir ouvertes

Ou quel allegro touchant
Tes blés dorent maints et blonds
Claires trilles de violons
Quand exulte le couchant

Mais où les toits des fumées
Les fiancent à l’étoile
S’arpégeant avec le voile
Long de harpes embrumées.

Pleurs! le Rêve en ses décors
Clame une plainte de cors.

shmall* – 7s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *