Un obscur mouvement d’amour et de musique — 1902 (2)

Saint-Georges de Bouhélier Les chants de la vie ardente

Les rythmes

Un obscur mouvement d’amour et de musique
Sort des globes lointains et balance mes vers,
Or bercé par les lois de l’immense univers
Mon poème se scande et vit dans la physique.

Ces mondes dont le rythme à ma voix communique
Ces tourbillons divins et ces accents divers
Prolongeant dans mes chants leur force et leur éclair
Créent en eux un esprit religieux et panique.

Ainsi les stances d’or de mes sonnets égaux
Reproduisent l’élan des sphères dans leur groupe,
Et celui qui les lit ne lit pas que des mots.

Mais, subissant les lois des planètes du ciel,
Dont ces sonnets ont emprunté l’essentiel,
Il voit bondir l’éther au-dessus de leur troupe.

Q15 – T25  – s sur s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *