Dans un puits, frère humide et profond des colonnes — 1917 (1)

Jean Cocteau Embarcadères

Fait-divers baudelairien

Dans un puits, frère humide et profond des colonnes
Dont l’orgueil montre au ciel des dieux de marbre et d’or
Dans un puits tapissé de mousse et d’ombre, dort
Une morte que l’eau glaciale ballonne.

La fermentation fait un bruit de pourceau,
Gouttes, tétons têtant, bulles pleines de lie.
Qui êtes-vous terrible et puante Ophélie,
Le crâne défoncé par les chutes du seau?

Ce faîte dans des cieux d’aster et de grenouilles
Ce trou en haut duquel,  comme Napoléon
Ier, place Vendôme et la Vénus des fouilles

Tu règnes, vierge pâle au ventre de ballon,
Décompose ta force et jalousement cache
Un désastre qu’il faut que tout le monde sache.

Q63 – T23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *