Avoir beaucoup d’amour et très peu d’espérance, — 1921 (15)

Emile Faguet Chansons d’un passant

Sonnet libertin

Avoir beaucoup d’amour et très peu d’espérance,
Donner tout à son frère et n’en attendre rien,
C’est encor ici-bas la dernière science
De l’homme raisonnable et de l’homme de bien.

C’est trop lui faire honneur que compter sur le monde,
Oser le mépriser c’est s’estimer bien haut,
Et vivre indifférent c’est une joie immonde
Que savent goûter seuls le moine et l’escargot.

Il faut aller tout droit dans le sillon du juste,
Le cœur rempli d’amour, l’esprit plein de raison,
Semer tranquillement sans espoir de moisson,

Et lorsque de la mort a sonné l’heure auguste,
Croiser enfin les bras, s’étendre en son cercueil
Et s’endormir, sans peur, sans désir, sans orgueil.

Q59 – T30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *