Rien – qu’un paysage pris — 1928 (6)

Odilon-Jean PérierPoèmes

Dédicace
à R. de G.

Rien – qu’un paysage pris
Page vide – pure estampe,
Entre tes yeux et la lampe
Seule à lui donner du prix,

Rien qu’un déchirant esprit
De neige et de solitude,
Mes chants que tu as surpris
Par une amicale étude,

Ces feux! qui devaient dorer
L’aile de ma poésie,
Cendres ne lui ont laissé

Que les ombres de sa vie,
Rien! mais tout à commencer
Sous les rires de Janvier.

Q44 – T19 – 7s – disp: 4+4+4+2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *