Rappelle-toi les longs métros sous le ciel gris — 1950 (3)

Henri Thomas Nul désordre

Hammersmith, hiver

Rappelle-toi les longs métros sous le ciel gris
Vers Ealing, et Soho dérisoire et magique,
(Notre beau chat, qu’est-il devenu? Famélique,
Il doit roder là-bas dans les jardins transis).

Le brouillard éclairé par la fenêtre basse,
La cendre amoncelée à la fin des veillées …
Il me semble, ce soir, que nos fantômes passent
Là-bas, en ce moment, dans la rue embrumée.

Ils parlent de la vie à venir, de l’été,
De la mer; le brouillard est semé de clartés;
Je suis heureux d’avoir ton bras contre le mien.

Ce roulement profond, c’est Londres dans la nuit.
Descendons les quelques marches – tu te souviens?
– Voici déjà bientôt dix ans qu’ils sont partis.

Q62 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *