« Ce pont ne brille point par la grâce friponne — 1953 (3)

Luc EtienneTriptykhon


III – IMPORTANCE DES PONTS SUSPENDUS
Méditation du Maître de Forges devant un pont suspendu

« Ce pont ne brille point par la grâce friponne
Il est plus raide encor qu’un pied de tabouret
Qu’une verge d’évêque ou qu’un long minaret
Sa poignante laideur comme un dard nous harponne

Tout couvert d’un dépôt de suie et de carbone
Il n’a ni la blancheur aimable du furet
Ni la sombre grandeur du fatal couperet
Ni l’alerte gaieté d’un solo de trombone

Mais il est TOUT EN FER, ainsi que l’urinoir
L’obus, le goupillon, le sabre, ou l’entonnoir
Ou le busc du corset de la vieille bigote

Et c’est là l’important!  » d’un geste fourrageur
Le Roi du fer gaiement sort sous sa redingote
Un cigare trop gros pour être un voltigeur

Q15 – T14  bouts-rimés

Notes – I, 9 Cette périphrase modeste ne doit rien à l’abbé Delille
I, 11 il ne s’agit donc pas d’eau bénite
I, 12 La baguette du chef d’orchestre
III, 2 La crosse épiscopale: virga episcopalis .
III, 14 On sait que le cigare est, avec le gibus, l’attribut constant du magnat de l’industrie lourde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *