Des créatures les plus belles nous désirons des naissances, — 1955 (2)

Pierre-Jean Jouve Shakesperaresonnets

1

Des créatures les plus belles nous désirons des naissances, que les beautés de la rose ne puissent mourir, mais que si la très mûre doit périr à son temps, son frêle héritier puisse en donner mémoire;
Mais toi, voué à tes seuls yeux resplendissants, tu nourris l’éclat de ta flamme par le brûlement de la substance de toi-même, créant une famine où c’était l’abondance, toi-même ton ennemi et trop cruel envers ton cher toi-même.
Toi qui es aujourd’hui frais ornement du monde, et seul héraut du merveilleux printemps, tu enterres ton bien dans l’unique bourgeon, cher avare, tu fais par lésine la ruine.
Aie pitié pour le monde – ou bien sois ce glouton: mange le dû au monde, par toi, et par la tombe.

pr – tr sh  « From fairest creatures we desire increase »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *