Un visage de femme par la main de la Nature peint, — 1955 (3)

Pierre-Jean Jouve Shakesperaresonnets

20

Un visage de femme par la main de la Nature peint, tu l’as, maître-maîtresse de ma passion, un doux cœur de femme mais non point familier avec le traître changement comme c’est la façon des femmes fausses;
Un œil plus clair que les leurs, moins faux quand il tourne, et qui dore l’objet sur lequel il se fixe; homme en sa figure, ayant à sa disposition toutes les figures, qui dérobe les yeux des femmes et confond les âmes des femmes.
Et pour être femme d’abord tu fus créé; jusqu’à ce que la Nature, comme elle te forgeait, fût tombée en amour, et au surplus m’eût évincé de toi, en ajoutant la chose qui ne m’est d’aucun emploi.
Mais puisqu’elle t’a désigné pour le plaisir des femmes, que ton amour soit pour moi, et leur trésor ce soit l’usage de ton amour.

pr – tr « A woman ‘s face, with nature’s own hand painted »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *