Camarade Adamov, que nous avons changé — 1963 (8)

Henri Thomas Sous le lien du temps

L’heure nouvelle

Camarade Adamov, que nous avons changé
Depuis les jours et nuits de misère aux bordels,
Et les lueurs d’espoir, et ce matin glacé,
Noël ou Nouvel An, sur le pont Saint-Michel.

L’eau grise, les chalands immobiles, le gel,
Et cette brume familière à l’invité
De nulle part qui s’en retourne à son hôtel …
Rue Quincampoix les putains ont réveillonné.

Nous avons vu cela, du comptoir où s’assemblent
Les épaves très solitaires, bien qu’ensemble
Buvant le café noir de la vie inconnue.

Qu’est-ce que nous cherchions, quelle lettre de givre,
A déchiffrer sur le carreau désert des rues,
Quelle impossible et bouffonne raison de vivre?

Q11 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *