Toujours l’an redouté passant en beaux visages, — 1975 (2)

Pierre Lecuire Sonnets funèbres


Sonnet XV

Toujours l’an redouté passant en beaux visages,
pourtant la mort en fit son demain,
soupçonneux à qui se suffit
de vouloir prolonger la main.

Son enfer affrontait les gouffres,
Simples grains lorsqu’il partit
A quelques pas d’une autre tête
Jaloux de ne pas couvrir sa tête.

Les petite maisons se dressent, du cap
la rafale de Mars
vêtue d’amande et de pin confondus

a creusé la marche souterraine,
la couleur confondue avec
la profonde entaille du ravin.

vL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *