Chaque seconde comme un jour — 1988 (2)

André Velter L’enfer et les fleurs

Deux sonnets
Pour Titi Parant

2
(le partage de nulle part)

Chaque seconde comme un  jour
chaque semaine un an
chaque vie un cri
chaque étreinte une éternité

la lumière  fait la roue
c’est un regard qui pivote
un poudroiement d’atomes et de planètes
où semer les traces

ici on dirait là-bas
l’extrême bout du dedans
l’éclair qui déborde la peau

même creusé en plein désert
un puits fomente un visage
chaque retour colorie l’âme du derviche

vL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *