La main fait glisser une légère — 1995 (6)

Hedi Kaddour Les fileuses

Les pommettes

La main fait glisser une légère
Bretelle noire le long de l’épaule
Trempée de pluie, et la ville
Sous le vent devient l’égale

Des gestes les plus clairs.
Réjouissons-nous un instant
De croire à la figure
, récite
La femme aux pommettes saillantes,

Alors qu’à petits pas les montres
Vont leur chemin dans le jour
Véritable.
Elle fut la première

A embrasser, et se surprend encore
De sa douceur en regardant sa jambe
Monter vers le vieux lustre.

bl – m.irr  plutôt octosyllabes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *