incise 1989

——————————————————————————————————————————————

François JostLe sonnet de Pétrarque à Baudelaire – « On attribue parfois au poète Breton Auguste Brizeux, … l’invention du ‘sonnet à rebours’ que ni Baudelaire, ni Mallarmé, ni Verlaine n’ont dédaigné. Il est pourtant possible que Jean-Jacques Ampère (1800-1864) ait ici, pour ce qui est de la littérature française, le mérite de la primauté. Sainte-Beuve, en effet, cite ‘u ne délicieuse pièce de lui’ intitulée ‘Le Bonheur’ et qu’il dit avoir trouvé dans un Album. Il la reproduit dans ses Portraits contemporains. »
Comme le ‘portrait’ de Sainte-Beuve date de 1840, et que le premier ‘sonnet renversé’ recensé dans notre choix, de Louis Ayma, date de 1839, il serait fort possible, dans ces conditions, que Jean-Jacques Ampère ait, comme l’écrit mr Jost, ‘le mérite de la primauté’. Manque de pot, comme on disait autrefois, le ‘scoop’ de Mr Jost n’en est pas un. Le poème cité par Sainte-Beuve (qui ne le désigne nullement comme un sonnet, renversé ou non) figure en note dans son ‘portrait’. Il y a trois strophes, de 6, 4 et 4 vers respectivement, toutes en rimes plates. Ce sont elles que reproduit mr Jost. Mais s’il avait pris la peine de lire, pour une fois, moins paresseusement, sa source, il aurait vu que la note, conformément aux habitudes de Sainte-Beuve, se poursuit au bas de la page suivante, et que le poème n’est pas fini. Il y a encore un quatrain, trois distiques, un quatrain final enfin, toujours en rimes plates. . Le Bonheur n’est pas un sonnet.

———————————————————————————————————————————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *