Dans un lointain obscur, quel effrayant nuage — 1815 (1)

Marie-Joseph Dalles in Recueil de l’Académie des Jeux Floraux, 1814-1816

Sonnet à la Vierge

Dans un lointain obscur, quel effrayant nuage
S’avance en déroulant ses noirs et longs replis ?
Dans les airs embrasés il balance l’orage
Et s’arrête en grondant sur l’Empire des Lis.

Tout tremble, tout frémit …. mais déjà dans sa rage
La foudre a dévoré le trône de LOUIS.
VIERGE, appui des Français, sauve ton héritage,
Sauve les Rejetons d’un sang que tu chéris.

O prodige ineffable ! ô retour plein de charmes !
Après tant de malheurs, de regrets et de larmes,
Tu rends à  notre amour les objets de nos vœux.

Ta Main brise nos fers, l’humanité respire :
Le Juste a triomphé : la palme du martyre
S’incline vers la France et plane dans les Cieux.

Q8  T15

L’année de Waterloo n’a guère été favorable au sonnet; je n’ai réussi à en trouver qu’un seul (certainement postérieur à l’événement !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *