Composer un sonnet, quelle folle entreprise! — 1902 (5)

Edouard d’HervilleLes jours et les nuits

A Cypris

Composer un sonnet, quelle folle entreprise!
C’est vouloir conquérir la fameuse toison
Sans l’aide de Médée et sans être Jason.
Mais, pour plaire à Cypris il faut que je m’épuise.

Elle veut un sonnet: j’ai l’âme trop éprise
Pour ne pas obéir à ce charmant démon.
Je veux glisser mes vers ce soir sous l’édredon;
Ce sera pour ma mie une aimable surprise.

Amour, sois-moi propice et dirige mes pas,
Au milieu du chemin ne m’abandonne pas
Et bientôt je pourrai célébrer ma victoire.

Oui déjà, grâce à toi, j’entrevois le bonheur,
Et, fier de ton appui, je chante ici ta gloire.
– Cypris, je touche au but; toucherai-je ton cœur?

Q15 – T14  s sur s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *