Réglés en hâte au bruit des pas de la mémoire — 1946 (2)

Pierre Emmanuel Tristesse ô ma patrie

Couvre-feu

Réglés en  hâte au bruit des pas de la mémoire
ils s’étaient égarés sur leurs traces d’hier,
Le couvre-feu tombé soudain sur leur histoire,
Leur nuit sans un radeau se peupla d’icebergs

Serrés, feutrant leurs voix, n’osant tâter le noir
(crainte d’y rencontrer le froid d’un revolver)
se fussent-ils plaqués au mur, de désespoir,
un quartier d’ombre eût basculé le ventre en l’air

Sitôt cette patrouille au large évanouie,
une autre résonnait dans leur cœur. Sous la pluie
les bottes arrachant au pavé leurs ventouses

laissaient le sol retomber flasque sur ses morts.
– Ouïr à vif toute une éternité jalouse
croître puis s’éloigner la ronde des remords!

Q8 – T14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *