En mil neuf cent, par là, un grand-duc de Russie — 1980 (4)

Alain Bosquet Sonnets pour une fin de siècle

Portrait d’un jeune aristocrate

En mil neuf cent, par là, un grand-duc de Russie
venait dans cet hôtel pour aérer son âme,
pleine d’ennui, de force et de fracas. Sa veuve
est enterrée sous le velours d’un sycomore.

Son petit-fils procure – il suffit d’un pourboire –
aux vieux Américains des Anglaises très plates
ou des Suissesses bien en chair. Serguéï, Ivan,
Micha: il a tant de prénoms que l’uniforme

de l’Impérial Palace est son unique orgueil.
Son cher ami, le moniteur, Paul, Jean ou Jules –
car c’est selon – apprend aux dames fortunées

la nage sur le dos, mais leur préfère au lit
quelque boniche. Hélas! la lune est démocrate,
et l’azur se commet avec n’importe qui.

bl

——————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *