Dans un lilas en fleurs, au pied de ma maison — 1869 (2)

– Theodoric Geslain (ed.) – Sonnets provinciaux – 2-4 Une anthologie de lutte des sonnettistes anti-parisiens – Le compilateur se présente comme « Membre de la Société des travaux littéraires de Paris. De la Société académique de St Quentin, de la Société d’agriculture, sciences et arts de Poligny; de la Société littéraire d’Apt; membre fondateur du […]

Les rythmes d’or et les voix pures — 1868 (20)

– Antoine Cros in Catulle Mendés : La maison de la vieille (ed. Jean-Jacques Lefrère …) A Madame Nina de Callias Les rythmes d’or et les voix pures Du claveçin obéissant Sortent en suaves mesures Sous vos doigts au charme puissant. Oh ! l’émoi que chacun ressent ! – Les éloges se font murmures. Pareils au bruit, dans […]

Un sonnet est bien peu de chose: — 1855 (1)

– Marc du Velay (Auguste Blanchot) Les Vélaviennes Le Sonnet Un sonnet est bien peu de chose: Un souffle qui s’envole, un soupir, un accord; Une larme de pluie aux feuilles d’une rose; Un vacillant rubis que suspend un fil d’or. C’est un cadre de nacre ouvragé jusqu’au bord Serrant d’une Péri la figurine rose. […]

Souvent je me promène aspirant dans mon âme, — 1849 (1)

– Charles Potvin – Poésies politiques et élégiaques – La lecture Souvent je me promène aspirant dans mon âme, – Vive évocation pleine d’un doux émoi, Le génie exalté d’un barde au coeur de flamme Qui revit, palpitant et s’inspirant pour moi; Je le comprends, lui parle, il répond, je le voi, Et nous nous […]

Quand, par un jour de pluie, un oiseau de passage — 1843 (17)

– Alfred de Musset A la même Quand, par un jour de pluie, un oiseau de passage Jette au hasard un cri dans un chemin perdu, Au fond des bois fleuris, dans son nid de feuillage, Le rossignol pensif a parfois répondu. Ainsi fut mon appel de votre âme entendu, Et vous me répondez dans […]

Ma Laure au doux regard, ô ma sœur bien-aimée, — 1839 (14)

– Louis de Ronchaud Premiers chants A Laure Ma Laure au doux regard, ô ma sœur bien-aimée, Douce fleur qui fleuris sous des abris secrets, Gente fleur, au matin, de grâce parfumée, Ta jeunesse est encor l’image de la paix. Ta jeunesse innocente est encor sans regrets, Ton âme est une source aux feux du […]

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère: — 1833 (1)

– Félix Arvers – Mes heures perdues – Sonnet imité de l’italien Mon âme a son secret, ma vie a son mystère: Un amour éternel en un moment conçu. Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire, Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su. Hélas! j’aurai passé près d’elle inaperçu, […]

Que j’aime le premier frisson d’hiver! le chaume, — 1829 (7)

– Alfred de Musset Contes d’Espagne et d’Italie Sonnet Que j’aime le premier frisson d’hiver! le chaume, Sous le pied du chasseur, refusant de ployer! Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume, Au fond du vieux château s’éveille le foyer; C’est le temps de la ville. – Oh! Lorsque l’an dernier, […]