C’est à l’heure où l’on voit la tempête et l’orage — 1843 (11)

– Th. Wains-des-Fontaines Otia sonnet IV – à M.A. de R… I C’est à l’heure où l’on voit la tempête et l’orage Bouleverser les mers, – que l’Alcyon plaintif, S’élançant tout-à-coup du sommet d’un récif, Aux pales nautonniers annonce le naufrage. II Ce n’est pas cependant qu’il aime les éclairs; Qu’il aime voir la foudre […]

Vous, qui prêtez l’oreille aux chants que la douleur — 1842 (5)

– Comte Anatole de Montesquiou – Sonnets, canzones, ballades et sextines de Pétrarque … 1 Vous, qui prêtez l’oreille aux chants que la douleur Et la vaine espérance ont dicté à mon coeur, Lorsque dans l’erreur du jeune âge, J’étais encor loin d’être sage, Si vous avez connu l’amour, Ses tendres soins, son doux langage, […]

Ne regardons jamais de femme dans la rue; — 1842 (1)

– Alfred Philibert Les étincelles Sonnet Ne regardons jamais de femme dans la rue; La femme nous fait mal et fuit en nous frappant; Son regard nous fascine et son souffle nous tue: C’est l’oeil et le dard du serpent. Ces rencontres souvent nous laissent l’âme émue; On en sourit d’abord; plus tard on s’en […]

Ce qui m’incite à t’aimer, ô mon Dieu, — 1840 (16)

– Sainte-Beuve Œuvres poétiques Sonnet de Sainte Thérèse A Jésus crucifié Ce qui m’incite à t’aimer, ô mon Dieu, Ce n’est pas l’heureux ciel que mon espoir devance, Ce qui m’incite à t’épargner l’offense, Ce n’est pas l’enfer sombre et l’horreur de son feu ! C’est toi, mon Dieu, toi par ton libre vœu Cloué sur […]

Au jour de l’infortune, au jour où votre œil pleure, — 1838 (15)

– Edouard-L. de Blossac Heures de poésie Sonnet Au jour de l’infortune, au jour où votre œil pleure, Où défaillent vos vœux ; Allez, et repassez le seuil de la demeure, Où vous fûtes heureux. Je ne sais quoi d’amer s’en exhale à toute heure ! Tout est sombre en ces lieux ! L’écho souffre et se plaint ; […]

J’aime, en jetant aux airs des senteurs de jasmin, — 1838 (4)

– Théodore Carlier – Psukhê; Etudes – Vous encore! J’aime, en jetant aux airs des senteurs de jasmin, De tes beaux cheveux bruns mêler la longue tresse! J’aime, pour m’enivrer d’un bonheur surhumain, Attirer tes regards, doux comme une caresse! J’aime te voir pleurer lorsque, sur ton chemin, Quelque mère indigente à ta pitié s’adresse! […]

Adieu! tout s’est enfui, le bal et la lumière, — 1836 (2)

Alfred Rousseau – Un an de poésie – Caprice, I Adieu! tout s’est enfui, le bal et la lumière, Concerts et rêves d’or, prestige d’un moment! O mon dieu, je suis seul, exauce ma prière, Qu’un rêve me le montre encor en m’endormant! De mes larmes en vain j’inonde ma paupière, Ma vie est de […]

Or qu’abreuvé un jour d’amertume et de fiel, — 1834 (1)

– Justin Maurice Pensées du ciel et de la solitude Sonnet Or qu’abreuvé un jour d’amertume et de fiel, Je sentais du malheur la brulante auréole, Je foulai sous mes pieds le luth qui me console Et dis, comme un martyr criant contre le ciel: Muse, adieu! Je te fuis: ton culte est trop frivole. […]

Modèle d’amitié pour un sujet perfide, — 1828 (1)

– Casimir Delavigne La princesse Aurélie Acte I, sc III: Alphonse, amoureux de la princesse: « J’écrivais … Malheureux! à qui pensais-je écrire?  / A ma verve amoureuse alors rien ne coûtait; / Mon inspiration jusqu’aux vers se montait: / Oui, j’ai jusqu’aux sonnets poussé la frénésie! / Quelle flamme éloquente et quelle poésie! / Allez, […]

Visite, douce paix ! la vallée épineuse — 1808 (4)

Stanislas de Boufflers Recueil de Poésies, extraits des ouvrages d’Hélène-Maria Williams, …. Sonnet sur la paix de l’ame Visite, douce paix ! la vallée épineuse Que je parcours pensive, en l’arrosant de pleurs, Loin des sentiers riants où la jeunesse heureuse D’un pied léger foule des fleurs ; Ainsi que mon bonheur, que le jour disparaisse, Que […]