Since I left you mes yeux sont de mémoire. — 1970 (2)

– Marcel Thiry Attouchements des sonnets de Shakespeare CXIII – ‘Since I left you mine eye is in my mind’ – Since I left you mes yeux sont de mémoire. Vous me voilez la montagne ou la mer. Laissez mes yeux attoucher cette moire De nos instant dont j’abolis la mort. A vous les yeux […]

Ainsi suis-je le riche qu’une sainte clé — 1969 (6)

– Jean Rousselot Shakespeare – Sonnets trad. 52 Ainsi suis-je le riche qu’une sainte clé Peut conduire à son doux trésor bien enfermé, Lequel il ne va pas regarder à toute heure De craindre d’émousser l’aigu de son bonheur. Si les fêtes sont solennelles et prisées, C’est qu’au long cours de l’an rarement elles viennent; […]

La beauté nous suggère un désir de surcroît. — 1967 (1)

– Igor Astrow, trad. – Cent sonnets de Shakespeare – 1 La beauté nous suggère un désir de surcroît. Rose, on ne la vit pas fanée et transitoire. Et, comme avec le temps mûrie, elle déçoit, Par un tendre héritier se transmet sa mémoire. Or, toi plein de toi-même et de ton propre éclat, De […]

Douce est la belle comme si musique et bois, — 1965 (6)

– Jean Marcenac & André Bonhomme trad. Pablo Neruda – La centaine d’amour 10 Douce est la belle comme si musique et bois, Agate, voile, blé, et pêchers transparents Avaient érigé sa fugitive statue. A la fraîcheur du flot elle oppose la sienne. La mer baigne des pieds lisses, luisants, moulés Sur la forme récente […]

Le liège, le titane et le sel aujourd’hui — 1962 (4)

Raymond Queneau – in Jacques Bens – OU LI PO (1960-1963) Poème isovocalique Le liège, le titane et le sel aujourd’hui Vont-ils nous repiquer avec un bout d’aine ivre Ce mac pur outillé que tente sous le givre Le cancanant gravier des coqs qui n’ont pas fui Un singe d’ocre loi me soutient que c’est […]

A chacune âme éprise et gentil cœur — 1962 (3)

– Pierre-Jean Jouve – Génie (Rêve de la Vita nova) A chacune âme éprise et gentil cœur En qui viendra la parole présente Pour que me renvoie la sienne pensante Salut en son seigneur qui est Amour Déjà c’était presque la troisième heure Du temps qui fait tous les astres brillants Quand m’apparut Amour subitement […]

Celui qui sans tirer d’aucune chose qui fût, — 1961 (5)

-. Georges Ribemont-Dessaignes Michel-Ange Sonnets A Tommaso Cavalieri Celui qui sans tirer d’aucune chose qui fût, créa le temps sans existence avant que rien ne fût, du temps fit deux, à l’un donna le haut soleil, à l’autre la lune qui nous est la plus prochaine. Ainsi en un instant vinrent au monde le hasard, […]

Je suis ce riche, ainsi, que son heureuse clef — 1961 (3)

Henri Thomas Shakespeare – sonnets 52 Je suis ce riche, ainsi, que son heureuse clef Mène, s’il veut, à son doux trésor bien gardé, Lequel il n’ira pas visiter à toute heure Car trop fréquente joie perd son exquise pointe. Si les festins sont si rares et solennels C’est que, lents à venir durant la […]

Maître-maîtresse de ma passion, n’as-tu pas — 1961 (2)

Henri Thomas Shakespeare – sonnets 2 20 Maître-maîtresse de ma passion, n’as-tu pas Visage féminin, par la Nature peint, Tendre cœur féminin, mais qui point ne connaît Le fuyant changement cher aux perfides femmes. Oeil plus clair que les leurs, et son jeu moins trompeur, Dorant l’objet sur quoi s’arrête son regard. Homme en son […]

Je suis comme le riche à qui sa clef bénie — 1959 (7)

– Jean Fuzier Shakespeare – sonnets 52 Je suis comme le riche à qui sa clef bénie De son trésor bien clos ouvre le doux accès: L’heur de le voir sans cesse à ses yeux il dénie, Pour n’émousser le dard d’un plaisir ménagé. Ainsi, solennités sont d’autant mieux fêtées Qu’au long cours de l’année […]