Comme la vieille aïeule au plus fort de son âge 1912 (6)

Charles Péguy – La Tapisserie de Sainte Geneviève et de Jeanne d’Arc Quatrième jour Pour le lundi 6 janvier 1913 Jour des Rois Cinq cent unième anniversaire De la naissance de Jeanne d’Arc IV Comme la vieille aïeule au plus fort de son âge Se réjouit de voir le tendre nourrisson, L’enfant à la mamelle […]

L’ennui tombe sur moi comme un lourd crépuscule. — 1911 (9)

– Léonce Cubelier de Bagnac La naissance du verbe La lampe L’ennui tombe sur moi comme un lourd crépuscule. Ma chambre est pleine d’ombre & mon cœur est désert. Espoirs, regrets, désirs, tout est mort ! et dans l’air, Je ne sais quoi de morne et de glacé circule. Mon âme, où tout le deuil des […]

Les spécieuses, les prenantes rêveries — 1905 (12)

– John-Antoine Nau in Les écrits pour l’art Roses jaunes Les spécieuses, les prenantes rêveries S’envolent de ton front où le caprice dort De ton front pâle et chaud comme un lys au cœur d’or Et s’enroulent dans nos têtes endolories, Vapeurs de Hells ou de Walhallas trop fleuries, Nuages de vertige embaumés de l’odor […]

Le ‘dernier cri » lancé dans la haute élégance, — 1901 (7)

– Eléonore de Mérinval – Hontes humaines – sonnets satiriques et réalistes – Les Lions Le ‘dernier cri » lancé dans la haute élégance, Les Arts, les écrits neufs, la fourbe ‘manigance’ Que crée un ‘grand courant’ politique et mondain Est l’œuvre des Lions au pointilleux dédain. Ils se montrent grassets, superbes d’arrogance; Portent de ‘l’inédit’ […]

Mon rêve a regardé le très dolent cortège — 1900 (14)

– ? in Le Beffroi Rédempteur Mon rêve a regardé le très dolent cortège Des pauvres sans espoir passer avec lenteur ; J’ai songé, tout ce soir, que j’étais Rédempteur Et que j’aimais d’amour la foule sacrilège. Vers elle j’inclinais mon front libérateur Et j’étais l’Attendu qui bénit et protège ; La douleur se prenait au divin sortilège Et […]

Et puis en somme, et malgré tout, — 1900 (12)

Camille Mauclair Le sang parle Epilogue,     III Et puis en somme, et malgré tout, Que j’aie été mauvais ou fou, Voici des vers et des pensées Qui vous seront fruits et rosées. Voici bien des choses blanches, Toute lueur qui fut en moi, Toute la source qui s’épanche, Et mon cœur aride en fait foi. […]

Au Waterloo Hotel, j’ai achevé mon tiffin, —1900 (6)

– Henri Jean-Marie Levet – Sonnets torrides Les Voyages, III Homewards A M.P. Bons d’Anty. Au Waterloo Hotel, j’ai achevé mon tiffin, Et, mon bill payé, je me dirige vers le wharf. Voici l’Indus ( des Messageries Maritimes) Et la tristesse imbécile du « homewards’. – Quelques officiers français qui reviennent d’Indo-Chine Passer en Europe un […]

Gauvain cherchait Myrdhin et cornait dans la nuit. — 1899 (12)

– Guillaume Apollinaire Triptyque de l’homme La maison de cristal Gauvain cherchait Myrdhin et cornait dans la nuit. Des ombres vagues erraient dans Brocéliande. Le preux s’apeurait: « Est-ce sabbat? Rien ne luit. Myrhdin connaît ma voix, Dieu fasse qu’il l’entende. » Le cor pleurait et l’écho répétait … Un bruit, Un cri tout à coup; lors […]

L’impertinent petit vieillard, — 1898 (9)

– Franc-Nohain Les flûtes Sonnet de l’inutile impertinence L’impertinent petit vieillard, Ayant tiré de sa poche une énorme Tabatière en corne, Me dit d’un air goguenard: ‘Voilà du bon tabac, cher Monsieur, je m’en flatte, Mais pour vous c’est comme des dattes; Vous pouvez admirer comme on l’a bien râpé, Mais d’en prendre un seul […]