Le pré est vénéneux mais joli en automne — 1913 (13)

– Guillaume Apollinaire Alcools Les Colchiques Le pré est vénéneux mais joli en automne Les vaches y paissant Lentement s’empoisonnent Le colchique couleur de cerne et de lilas Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là Violâtres comme leur cerne et comme cet automne Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne Les enfants de […]

Ton corps n’a plus pour moi ni secret, ni mystère. — 1912 (10)

– Laurent Mongin Sonnets travestis, sur les rimes du sonnet d’Arvers III Ton corps n’a plus pour moi ni secret, ni mystère. Tu couronnas l’amour que pour toi j’ai conçu. Je crains, en te voyant, de ne pouvoir le taire Cet amour qui ne doit de personne être su. Alors que je croyais rester inaperçu, […]

Son corps a son secret, son vagin son mystère — 1911 (4)

? Anthologie Hospitalière Imité du sonnet d’Arvers Son corps a son secret, son vagin son mystère Mal horrible, éternel, en un moment conçu. Et, puisqu’il est secret, pourquoi ne pas le taire? Car ne vaut-il pas mieux qu’il n’en soit rien su. Ciel! je vous remercie de m’en être aperçu; Je vous en remercie pour […]

Mon âme est sans secret, ma vie est sans mystère; — 1906 (2)

– Jules Renard in  Dr o’Followell: le sonnet d’Arvers et ses pastiches (1948) A l’envers d’Arvers Mon âme est sans secret, ma vie est sans mystère; Mon amour banal fut comme un autre conçu, Le mal est réparé; pourquoi donc vous le taire? Celle qui me l’a fait l’a tout de suite su. Non, je […]

Non, non, votre secret n’était pas un mystère. — 1899 (15)

– Louis Fréchette Mémoires de la Royal Society of Canada, Section française t.5 Réponse au sonnet d’Arvers Non, non, votre secret n’était pas un mystère. Cet amour éternel discrètement conçu, Vous avez, ô poète, eu grand tort de le taire: Celle que vous aimiez l’a toujours fort bien su. Vous n’avez point passé près d’elle […]

Jadis je n’aimais point ce doux lit de Procuste — 1899 (2)

– Joseph Serre Les sonnets intimes – Le sonnet Jadis je n’aimais point ce doux lit de Procuste Qui se nomme sonnet. Pourquoi meurtrir ainsi La céleste pensée, en sa fraîcheur auguste, Dans les mailles d’argent d’un filet rétréci? Que ne la laisses-tu voltiger sans souci Comme le papillon, grandir comme l’arbuste, Comme l’aigle planer […]

Mon âme à fonds secrets pleure le ministère — 1898 (8)

– Jean Goudezki Hercule ou la vertu récompensée Sonnets des revers Mon âme à fonds secrets pleure le ministère Le pouvoir éternel en un moment conçu. Le mal n’est pas bien rare et je pourrais le taire, Car si je fus ministre on n’en avait rien su. Ainsi j’aurai passé, ministre inaperçu Aussi triste qu’un […]

Arvers en son chef d’oeuvre encombré de mystère — 1897 (13)

autre variation sur le sonnet d’Arvers –       Raoul Ponchon Arvers en son chef d’oeuvre encombré de mystère Garde aussi le secret du sonnet mal conçu. Si j’en parle, au surplus, c’est pour ne pas m’en taire, Le tour en est galant, mais le métier non su. Il aurait dû passer cent fois inaperçu, Ce poème […]

Mon coeur a son secret, mon âme a son mystère — 1897 (12)

– Louis Aigoin – Notice sur Félix Arvers et variations sur les rimes de son sonnet. Le sonnet d’Arvers ‘à revers‘ Mon coeur a son secret, mon âme a son mystère Un amour insensé subitement conçu Plein de désir, d’espoir, je ne pouvais me taire; Celle dont je suis fou, du premier jour l’a su. […]